Zéro déchet, zéro gaspillage à Metz Métropole : pas aussi utopique qu’il n’y paraît (audio)

zero-dechet-zer-gaspillageLauréate de l’appel à projets « Territoire Zéro Déchet, Zéro Gaspillage » initié par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Metz Métropole va engager sur 3 ans un programme d’actions de prévention et de gestion des déchets basé sur l’économie circulaire.

Ce label, obtenu par 95 autres territoires de France seulement, permet à l’agglo d’avoir une reconnaissance nationale de sa capacité à mener un projet ambitieux de prévention et de valorisation des déchets. Au-delà de la reconnaissance, ce label représente aussi un encouragement à intensifier les efforts pour tendre vers une amélioration constante des chiffres liés aux déchets.

Jean Luc Bohl, président de Metz Métropole, explique le sens de la démarche à notre micro :

Le zéro déchet en tant que tel peut paraître utopique à court terme, mais nettement moins à long terme. La ville de Trévise par exemple a engagé une démarche qui l’a amenée à réduire ses volumes à 53 kg par an et par habitant. Ce qui leur permet de cibler maintenant un nouvel objectif : 10 kg en 2022.

Hors déchets du BTP, plus de 70% des déchets sont produits par les habitants (et 17% par l’activité économique). Chacun est concerné par les déchets car chacun en produit : 153 kilo par an et par habitant de Metz Métropole !

En réduisant les déchets, ce sont des économies substantielles qui peuvent être réalisées. Quand on sait que le budget déchets est le second après celui des transports, on imagine bien les gains financiers, sans compter la création d’emploi peu délocalisables que cela impliquera.

3 conseils à mettre en oeuvre chez vous

François Henrion, vice-président de Metz Métropole en charge du pôle déchet détaille à notre micro les conséquences des changements mis en place récemment, et donne 3 conseils pour que chacun d’entre nous puisse réduire concrètement sur le volume de déchets produit :

Avec quelques petits gestes une famille peut facilement économiser jusqu’à 500€ par an, mais avant tout c’est à la planète (et donc à nous même) que l’on rend service.

Un programme et des objectifs sur 3 ans

La démarche d’amélioration de la gestion des déchets à Metz Métropole a été initiée en 2009 avec la mise en place d’un programme local de prévention des déchets en collaboration avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Déjà, un objectif avait été fixé : -9% de volume de déchets non triés. Il a partiellement été atteint puisqu’il a permis de réduire ce volume de 5%.

Lorsque le ministère de l’Ecologie a imaginé le label Zéro déchet, zéro gaspillage, Metz Métropole a plongé afin de se donner des moyens supplémentaires, et de changer de dimension. La voici donc au départ d’une nouvelle série d’actions qui se déclinera sur 2016-2018.

Les objectifs définis sont les suivants :

  • réduire de 4% la quantité de déchets
  • augmenter de 5% le recyclage
  • diminuer l’enfouissement de 15%.
Jean Luc Bohl, président de l'agglomération, engage Metz Métropole vers le zéro déchets, zéro gaspillage.
Jean Luc Bohl, président de l’agglomération, engage Metz Métropole vers le zéro déchet, zéro gaspillage.

Pour atteindre ces résultats, Metz Métropole bénéficiera d’une aide technique et financière de l’ADEME, mais aussi de bonification des soutiens auxquelles pourront également prétendre les entreprises locales.

C’est vers elles et leurs initiatives que se déploie également l’action du label. Toute entreprise du territoire de l’agglo, quelle que soit sa taille, a la possibilité d’être aidée, financièrement et techniquement, pour mettre en place son propre plan de gestion des déchets.

L’accompagnement de l’ADEME

Absolument incontournable dans le paysage de la gestion des déchets et dans l’amélioration des performances énergétiques, l’ADEME a suivi l’agglomération de Metz Métropole dans la construction de son dossier et apporté des éléments techniques pour construire sa candidature.

La convention signée ce jeudi 26 novembre 2015 entre les deux parties permettra d’ailleurs à l’ADEME d’aller encore plus loin, car le label a ouvert la voie à des aides renforcées, et à la prise en charge prioritaire des projets d’amélioration du pôle déchet issus de l’agglomération.

Sabine François, directrice régionale de l’ADEME, et Julien Ruaro, chargé de mission spécialisé dans la gestion des déchets, nous donnent plus de détails, et nous disent dans quel cas les contacter :

La gestion des déchets, il faut l’avouer, n’a rien de sexy sur le papier.

Mais chaque citoyen est au final extrêmement concerné par les problématiques que ses propres déchets, cumulés à ceux des professionnels, engendrent sur sa santé, sur la faune et la flore et l’environnement en général.

A lire dans la même rubrique :

Laisser un commentaire