Moselle : un comité interreligieux s’est formé, quel sera son rôle ?

La Moselle veut « redonner de l’espoir aux jeunes ». Ce matin du jeudi 22 janvier 2015, un comité interreligieux, composé d’une dizaine de représentants, a été installé par le Préfet de Région Nacer Meddah.

Objectif : multiplier les actions concrètes dans le milieu scolaire, mais aussi en prison, dans les quartiers ou encore dans le milieu hospitalier.

Une image forte, celle de plusieurs représentants religieux côte à côte, en Moselle.
Une image forte, celle de plusieurs représentants religieux côte à côté, en Moselle.

Des représentants des religions catholiques, musulmanes, israëlites et orthodoxes (voir en bas d’article pour plus d’informations) se sont réunis à la Préfecture de la Moselle pour installer un comitié interreligieux.

Concernant les objectifs, le Préfet de Région Nacer Meddah est clair : il ne s’agit pas pour le comité de travailler à des problématiques liées à l’actualité, mais, avec l’aide d’autres institutions et partenaires, d’aider une jeunesse qui « rencontre des difficultés » et lui redonner de l’espoir.

Si le milieu scolaire est pour l’instant la principale priorité, le milieu carcéral, le milieu hospitalier ou encore les quartiers font également partie des champs d’actions possibles.

D’autres idées germent déjà, comme celle, par exemple, de relancer un événement qui n’a pas eu lieu depuis une dizaine d’années : celui du Printemps des Religions.

Il s’agira pour les représentants d’apporter leur soutien et leur regard à la structure d’accueil, et d’offrir aux jeunes une image forte : celle de plusieurs religions côte à côte, main dans la main.

Explications du Préfet Nacer Meddah :

Plusieurs réunions auront lieu prochainement. Elles seront régulières, l’objectif étant d’en réaliser une par mois. La prochaine est déjà fixée au mois de février et se fera avec Gilles Pécout, le Recteur de l’Académie Nancy-Metz.

Il s’agira, au cours de ces réunions, d’identifier les actions possibles, mais aussi de réunir les moyens, qui pourront se traduire par des subventions de l’Etat ou encore des moyens matériels et humains mis à dispositions par différentes institutions partenaires, qu’il convient encore de trouver.


Sur la photo, de g. à d. : Amine Nejdi, Président du Conseil Régional du Culte Musulman de Moselle, Jean-Christophe Lagleize, Evêque de Metz, Abdelhaq Nabaoui, Aumônier Musulman des zones de défense Est et Nord, Nacer Meddah, Préfet de Région, Armand Schluchter, Président du Consistoire de Metz de l’Eglise Réformée d’Alsace et de Lorraine, Bruno Fiszon, Grand Rabin de Metz, André Jacquemot, Doyen des paroisses orthodoxes de l’Est de la France et Jean-Claude Michel, Président du Consistoire israëlite de la Moselle.

A lire dans la même rubrique :

Déjà 4 commentaires

  1. Flo

    Des mecs, des mecs, des mecs… Déprimantes les religions et si peu ouvertes ! Que veulent dire ces leaders religieux à un monde dont ils ne représentent pas les 50% de sa population féminine ?

    Répondre
  2. François Braize

    « Heureusement » ceci ne se passe qu’en Alsace- Moselle, terre du concordat d’un autre temps et exception à la laïcité républicaine qui sépare les religions et l’Etat.
    Mais alors pourquoi l’article de « Tout Metz » ne le dit-il pas et présente t-il cette initiative comme « hors sol » ? Qu’il s’agisse de reconnaître religions en comitologie, de les subventionner, de les salarier et j’en passe et des meilleures toutes contraires à la loi de 1905 hors Alsace Moselle. Il faut bien éclairer les lecteurs par un peu de droit comparé hors région, non ?

    Répondre

Laisser un commentaire